L’homosexualité, le bouddhisme et la société au Sri Lanka.


Avant de parler de ce qui est dit à propos du bouddhisme « Theravada » et de l’homosexualité, il est important de comprendre que dans le bouddhisme les gens sont encouragés à examiner leur intérieur pour rechercher une solution à un problème. Dans les paroles de Bouddha lui-même "la lumière est en vous", ce qui signifie tout simplement, pas de recherche de la sagesse en dehors de soi-même, vous devez laisser votre conscience être votre guide et c’est là que les enseignements et les scripts de Bouddha peuvent être de bons conseils.
Le « Tripitaka » (scripts bouddhiste) se réfèrent aux problèmes de l’homosexualité et de la transsexualité. Plus précisément, le « Tripitaka » souligne le cas d’un « Bhikku » (moine) « Wakkali » qui devint moine uniquement parce qu’il a été physiquement attiré par la beauté physique du Seigneur Bouddha. Le « Tripitaka » fait part également d’une transformation dans lequel un homme marié avec des enfants a été physiquement attiré par un moine, à la suite de cette métamorphose l’homme et est devenu femelle. Une autre section du « Tripitaka » se réfère à un incident où un moine novice masturbait un autre moine hautement hiérarchisé.
De manière générale Bouddha ne dit rien au sujet de l’homosexualité en particulier, car apparemment, il n’y a jamais eu de problème, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y avait pas d’activité homosexuelle à l’époque de Bouddha.
Bien que le bouddhisme lui-même ne fait pas de revendication morale sur toute forme de comportement sexuel, indépendamment de l’orientation, le « Vinaya » (règles monastiques pour les moines), déclare que les moines ne sont pas autorisés à rentrer leur sexe dans les orifices du corps (le vagin, la bouche ou l’anus), mais il ne fait aucune distinction entre les rapports hétérosexuels ou homosexuels. Essentiellement, les moines sont censés être célibataires (comme les prêtres catholiques) et qu’ils ne peuvent avoir de rapports sexuels avec qui que ce soit, y compris eux-mêmes.
Toutefois, il est important de noter que le « Vinaya » s’appliquent uniquement aux moines, il n’y a rien dans les scripts de l’extension de ces règles aux autres bouddhistes.

Afin d’appliquer les principes dans le cadre du troisième précepte à l’homosexualité, il faut remonter à la plus large base bouddhiste, le principe de "ne pas nuire" et d’examiner ce principe dans une interprétation globale.
Le point le plus important de référence des pratiques du bouddhisme, pour homosexualité ou le comportement sexuel dans le bouddhisme, est contenu dans le troisième précepte, qui se réfère à l’inconduite sexuelle. Toutefois, ce précepte n’est pas en lui-même une règle, il ne fait pas de distinction en matière d’orientation sexuelle ou de la pratique.
Lors de l’examen du précepte de l’inconduite sexuelle, on peut tirer quelques détails quant à ce qui est admissible ou non. Les questions de viol, l’adultère, la pédophilie, peuvent être considérées comme incompatible avec les enseignements bouddhistes car ils causent du tort à autrui.
En dehors de ces spécificités, il faut aller au-delà des écritures dans la recherche d’une solution à ce qui est bien ou mal dans l’homosexualité, ou que le célèbre Kalama Sutta dit lui-même, l’Apocalypse (anussana), tradition (parampara), l’autorité des Écritures (pitakasampada) et son propre point de vue (ditthinijjhanakkhanti) sont des moyens insuffisants pour faire la différence entre le bien et le mal.
Que l’homosexualité soit bien ou mal, c’est essentiellement une question de moralité privée. Ce qui est désagréable pour moi doit être désagréable pour l’autre. À la suite de cette réflexion, s’abstenir de désir sexuel encourage les autres à s’abstenir de lui et parle de la louange de cette abstinence.
Après avoir remis en question la base de la morale conventionnelle, le Bouddha suggère des critères pour rendre des jugements moraux. Les critères sont ce qu’on pourrait appeler le principe universel d’agir envers les autres, la manière dont nous voudrions qu’ils agissent envers nous. Dans le Samyutta Nikaya, il utilise ce principe pour conseiller contre l’adultère. Il dit: "Quel genre de pratique conduit à Dhamma grand bien pour soi-même? " Un noble disciple devrait réfléchir comme ceci: "Si quelqu’un doit avoir des rapports sexuels avec mon conjoint, je ne voudrais pas de cela, de même, si je devais avoir des rapports sexuels avec un autre conjoint que le mien, ce serait mal".
Donc, on doit s’abstenir de pratiques sexuelles qui causent des dommages. Que vous soyez gay ou pas, la chose la plus importante dans la vie n’est pas de créer des dommages mais de respecter les autres modes de vie sans nuire aux autres, il s’agit d’une base du bouddhisme que sont la philosophie de la recherche de la satisfaction intérieure, du bonheur et de la facilité.
Les conventions modernes de la morale au Sri Lanka sont la non acceptation de l’homosexualité et des homosexuels. Le Dalaï Lama a récemment déclaré que "si vous voulez être un bouddhiste vous ne pouvez pas être un homosexuel, un point c’est tout", positions modernes du Sri Lanka sur l’homosexualité. Toutefois, cette déclaration du Dali Lama est totalement sans justification, comme il n’y a rien dans les écritures bouddhistes à l’appui de cette déclaration. Plus tard il est revenu sur ses déclarations en faisant référence aux écritures.
Où que vous soyez et quoi que vous fassiez, vous devez apprendre à vous accepter, à vous aimer et à vous sentir à l’aise avec vous-même, ce qui facilite la progression dans la société.
La morale Sri Lankaise culpabilise les homosexuels et la loi les punit. Le rôle des moines est de fournir un appui aux laïcs bouddhistes dans leur vie quotidienne, les moines vivent encore actuellement dans la crainte de donner des avis parce qu’ils craignent d’être étiquetés comme homosexuels eux-mêmes.
Le Sri Lanka est une société bouddhiste et il n’y a pas de place dans les enseignements du Bouddha, de la culpabilité et de la peine de mort. Alors, comment en sommes-nous arrivés aujourd’hui à un stade où le Dalaï Lama peut faire de telles déclarations injustifiées ? Le Sri Lanka s’oppose à la moralisation et à la légalisation et punit l’homosexualité.
Les racines de cette approche non bouddhiste sur l’homosexualité peut être retracée à la colonisation de Ceylan. Il y a des différences avec le pré colonial Ceylan.
L’excommunication et la répression des homosexuels sont ouvertement pratiquées au Sri Lanka à cause de ses racines dans la colonisation et la modernisation du bouddhisme post coloniale au Sri Lanka et pour son attitude à l’égard de l’homosexualité. Le Ceylan attitude est illustrée dans le 17 e siècle dans un livre de Robert Knox, «An Historical Relation » de l’île de Ceylan, où il attire l’attention sur les Kings puis l’homosexualité. L’attitude moderne Sri Lanka sur l’homosexualité se retrouve dans "Funny Boy" de Shyam Selvadurei.
En ce qui concerne les pratiques sexuelles, un contraste peut être établie entre la religion chrétienne et la philosophie bouddhiste. Alors que la Bible chrétienne classe spécifiquement le déversement (spoiling) de semence (sperme) comme un péché, les écritures bouddhistes ne contiennent pas de cette référence.

Comparaison entre le Sri Lanka et d’autres pays bouddhistes.
Actuellement, la Thaïlande n’est pas juridiquement ou moralement contre l’homosexualité et adopte une approche bouddhiste de la question préférant adopter la philosophie "vivre et laisser vivre", le principe de ne pas faire de mal est respecté. Le concept de ce qui est bon ou mauvais est basé sur la moralité qui est directement dérivée de la religion, ou, dans le cas du bouddhisme, de la philosophie. Les puissances coloniales ont apporté avec eux au Sri Lanka leur propre sens de la morale qui découle de leur propre religion, à savoir le christianisme. La Thaïlande n’ pas été soumise au colonialisme, c’est donc la partie la plus traditionnelle du bouddhisme qui l’a emporté alors qu’au Sri Lanka, la forme du bouddhisme a été déviée, empoisonnée et rendue impure par sa modernisation dans le sens des principes de l’Ouest.
Pour que le Sri Lanka se considère vraiment comme une nation bouddhiste, les gens ont besoin d’être à l’aise, d’être heureux avec eux-mêmes et de laisser les autres vivre leur vie comme ils le souhaitent. Pour que la société Sri Lankaise se considère vraiment comme une nation bouddhiste, elle doit cesser de forcer les gens à vivre comme il ne le souhaite pas. Il ne s’agit pas seulement des homosexuels qui pourraient bénéficier de ce retour, mais l’ensemble de l’île de Ceylan, ainsi tous ses habitants bénéficieraient d’une meilleure tolérance, ouverture et acceptation de la différence des autres que le Seigneur Bouddha a envisagé.
Les théologiens du bouddhisme au Sri Lanka ont le devoir et l’obligation de plaider pour un retour à la tradition la plus tolérante des enseignements du Seigneur Bouddha.

Dans des pays comme le Sri Lanka, la Thaïlande, Laos et Cambodge les moines sont bien honorés dans la société et leur culture. Les moines ne doivent jamais faire la queue dans les files d’attente et dans les transports publics ils ont toujours un siège qui leur est réservé. Nul ne va s’asseoir si un moine est debout, il lui donnera sa place. Il y a beaucoup de choses comme ça, un président, un premier ministre ou même un roi doit s’incliner devant des moines et les respecter, même pour un moine novice de 7 ans. Ce n’est pas seulement le moine qui monte au sommet de la société, la position de sa famille est également en hausse dans l’ordre social.

En raison de cette position, un moine est toujours représenté comme une sorte de saint homme par la société. Ce n’est pas juste, la société sri lankaise ne peut pas voir ce saint homme souhaiter redevenir un homme normal. 99% de la population de cette cruelle société ne sont pas mentalement assez fort pour devenir moine, donc la société veut que soit quelqu’un d’autre qui le soit à leur place. La colère va à quelqu’un d’autre. La société traite les hommes comme de la merde.

Soixante-dix pour cent du Sri Lanka est bouddhiste, mais ce n’est pas le bouddhisme. Dans le bouddhisme, vous êtes toujours invités à vous pencher sur vous même, à regarder dans votre cœur.

Vous devriez être assez fort pour contester et tolérer tous les désaccords et les refus de la société et être prêt à être traité comme une merde, au moins pendant un certain temps, j’espère que ce n’est que pour un temps, mais je ne sais pas combien de temps je serais traité comme une merde, parce que tous les moines qui veulent contester ne le font pas, ou le font en secret.

Je suis prêt à être traitée comme une merde, parce que je sais que je suis fort et j’ai mon meilleur ami avec moi tout le temps. Son amitié et son amour ne change pas selon les vêtements que je porte ou de ma position dans la société.

Le monde, nous dit-on, a été créé par un Dieu qui est bon, tout-puissant et partout. Avant qu’il ne craie le monde, il a prévu toute la douleur, la misère, la souffrance et le mal qu’il contiendrait. Il est donc responsable de tout. Il est inutile de dire que la douleur, la souffrance et le mal dans le monde est dû au péché.
Si Dieu sait à l’avance que pour les péchés, c’est l’homme qui serait coupable, il est donc responsable de toutes les conséquences de ces péchés quand il a décidé de créer l’homme.
Si ce Dieu est partout et tout-puissant, chaque incident, chaque événement, y compris toutes les actions humaines (et de l’inaction), toute la pensée humaine, et tout sentiment humain, le rêve et l’aspiration est également son œuvre. Comment est-il possible de penser que les hommes sont responsables de leurs actes de la part un tel être tout-puissant?
"Le bouddhisme en bref"

Un commentaire

  1. Belliard said,

    28 mars 2011 à 10 h 47 mi

    Réflexion intéressante comme on aimerait en trouver plus facilement sur la place de certaines personnes dans une société. On voit souvent ce qui est chez nous sans penser aux ailleurs. C’est plus intéressant que les sites gays qui ne parlent que de rencontres et de plans culs


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: